Tout savoir sur l’assurance chat

Qu’est-ce que l’assurance chat ?

Dans un contexte où les frais vétérinaires deviennent de plus en plus onéreux, les assureurs ont lancé sur le marché les assurances chat. Ces contrats de prévoyance ont pour vocation de rembourser les dépenses sur lesdits soins vétérinaires. En plus de vous protéger financièrement, ils garantissent une vie plus longue et en pleine santé à votre matou.

Comparateur Assurance Chat
En moins de 3 minutes, découvrez les meilleures offres. Gratuit et sans engagement !

Les accidents et maladies du chat

La vie d’un chat n’est malheureusement pas un long fleuve tranquille. Nul n’est à l’abri d’une maladie ou d’un accident. La liste des pathologies félines courantes notamment peut être longue. Au rang des plus redoutées figure la rhinotrachéite infectieuse. Appartenant à la famille de l’herpès-virus, elle est très crainte, car la contamination s’effectue à vie et il n’existe pas de médicaments capables de la guérir (comme la plupart des maladies virales). Le seul moyen de l’éviter est le vaccin. Idem pour le coryza, la rage et le typhus qui sont à surveiller, car très virulents. En parallèle, il existe les maladies parasitaires fortement nuisibles à la santé des félins. Parmi elles se trouve la toxoplasmose. En principe, cette pathologie guérit vite, mais le risque repose sur son caractère transmissible à l’homme. Les femmes enceintes sont les plus vulnérables. Dans la même foulée, difficile de ne pas citer les maladies héréditaires touchant davantage les pures races puisque transmissibles de génération en génération. Elles sont les plus redoutables en raison de leur complexité. Parmi les tares génétiques courantes figurent la myocardiopathie hypertrophique, la polykystose rénale ou les maladies de stockage lysosomiales.

Attention, les maladies ne représentent pas les seuls dangers pesant sur votre matou. Ce dernier peut être victime d’ennuis en tout genre. Les chutes depuis les fenêtres sont les plus dangereuses, à plus forte raison si vous vivez aux étages supérieurs. L’ingestion de médicaments ou produits nocifs est aussi citée régulièrement comme accidents domestiques au même titre que l’électrocution.

Vous l’aurez compris. Les risques sont présents au quotidien pour votre matou. Et parier sur le fait qu’il pourrait en échapper est une erreur fatale.

Les prix élevés des frais vétérinaires pour les chats

Après un sinistre dont a été victime votre chat, ne jouez surtout pas aux apprentis sorciers. Votre réflexe sera de contacter un vétérinaire. Vous hésitez, car vous savez que les prix pratiqués sont excessivement chers ? On vous l’accorde. Les soins ont un coût élevé, parfois même bien plus que ceux des humains à intervention égale. Les raisons justifiant ce phénomène sont nombreuses. En premier lieu figure la tarification libre des vétérinaires. Aucune règlementation ne régit les grilles tarifaires établies par ces professionnels. Ils appliquent ainsi les prix qu’ils désirent. Puis, la hausse s’explique par la médecine de pointe à laquelle ont recours les vétérinaires. Ils utilisent des équipements de haute qualité, sans oublier que ce secteur évolue très vite que ce soit en matière de technologies, techniques ou règlementations, nécessitant toujours plus de nouveaux moyens et solutions qui ont un coût.

Dans ce contexte, l’alternative plus simple est de souscrire à une assurance chat. Cette offre de prévoyance fonctionne sur le même principe que l’assurance santé humaine. Moyennant une cotisation mensuelle, vous êtes remboursé sur toutes les dépenses en santé de votre compagnon à quatre pattes. Cela vous évitera de payer de vos poches 2000 euros de frais pour une opération chirurgicale suite à un accident. Ou dans le pire des scénarios, de devoir vous résoudre à abandonner le petit animal, faute de moyens pour le soigner. Le sujet est assez tabou, mais certains propriétaires vont jusqu’à envisager l’euthanasie dans ces circonstances.

Le coût d’une mutuelle pour les chats : comparez !

La France est championne européenne en détention d’animaux de compagnie au nombre actuel de 63 millions. Les chiens ont longtemps été en tête et sont désormais détrônés par le chat beaucoup plus facile à vivre. La population féline s’établit ainsi à plus de 13 millions d’individus. Fait étonnant et paradoxal : l’Hexagone reste un mauvais élève dans la souscription aux mutuelles pour animaux. Si en Grande-Bretagne, 30% des animaux sont couverts voire même en Scandinavie où 50% des chats bénéficient de cette protection, en France seuls 6% des ménages ont sauté le pas. L’idée de verser des cotisations supplémentaires qui vont peser sur leur budget explique en partie ce phénomène. Or, le prix d’une assurance pour chat n’est pas forcément onéreux et va de 5 à 50 euros selon les formules choisies. Celles-ci se déclinent en trois types : la formule de base, la formule intermédiaire et la formule premium.

L’offre basique rembourse généralement 50% des dépenses occasionnées par un accident et les actes chirurgicaux qui en découlent. Sont pris en charge : les divers examens, les analyses et l’intervention chirurgicale. Le prix du contrat est de moins de 10 euros.

Entre 15 et 20 euros par mois, vous pouvez vous offrir la formule intermédiaire qui rembourse entre 70 et 80 % des frais réels. Ici, les prises en charge concernent autant les frais liés à un accident que ceux occasionnés par une maladie.

Enfin, pour plus de 50 euros, la formule premium vous est accessible. Elle a l’avantage d’offrir la protection la plus complète et prend en charge la totalité des frais. En fonction des contrats et des compagnies d’assurance, cette formule couvre même les frais d’obsèques, la nourriture ou encore l’hospitalisation.

À l’inverse de l’offre basique et intermédiaire, ce contrat premium va jusqu’à inclure un forfait de prévention équivalent à une somme renouvelée tous les ans et pouvant servir à payer une alimentation spécifique, les vermifuges, les soins anti-parasitaires, les bilans de santé ou encore la stérilisation.

Par ailleurs, il est intéressant de savoir que des couvertures optionnelles sont suggérées par les assureurs. La garantie « décès » prend en charge l’inhumation et les dépenses occasionnées. La garantie « perte » offre une prestation pour retrouver l’animal en question.

Les franchises, délais de carence et exclusions de garantie de l’assurance chat

Avant de foncer tête baissée sur la première assurance, prenez le temps de bien examiner les conditions stipulées dans le contrat. Comme pour les mutuelles des personnes, celles des animaux comportent un lot de restrictions. À commencer par la franchise qui représente la somme forfaitaire qui est à votre charge à l’issu du sinistre. Généralement, une déduction est réalisée sur le premier remboursement de l’année.

Puis, il y a les incontournables exclusions de garantie. Sauf dispositions particulières, elles sont heureusement limitées dans les contrats pour animaux de compagnie. Aucun remboursement n’est applicable par exemple sur les maladies qui ont pu être évitées si les vaccins correspondants ont été effectués. Les dépenses liées à la chirurgie esthétique sont aussi rarement remboursées. Idem pour les aides à la procréation.

Autre point à vérifier : le délai de carence. Pour être sûr que l’assurance ne vient pas couvrir un chat déjà malade, les garanties ne sont pas disponibles pendant quelques jours à plusieurs semaines (délai de carence) après la signature du contrat. En clair, si un accident ou une maladie se produit durant cette période, aucune couverture n’est possible. Attention, certaines compagnies d’assurances n’acceptent pas de couvrir des pathologies héréditaires. Chez le Persan par exemple, on sait que les affections polykystiques des reins sont courantes.

Afin de mettre la main sur les meilleurs contrats, n’hésitez pas à réaliser des comparaisons des offres via des sites spécialisés. Gratuite et sans engagement, cette démarche permet de visualiser les propositions des différents assureurs et de sélectionner celle qui est davantage conforme avec ce que vous cherchez en termes de garanties, services et prix.

A quel âge faut-il assurer son chat ?

L’âge constitue un facteur crucial au cours de la souscription à une assurance santé. Un chat doit être assuré, ni trop tôt ni trop tard. Pour les compagnies d’assurance, il faut que la bête soit au moins âgée de 3 mois pour être couverte. Durant cette période, le développement physiologique est amorcé et le matou a eu le temps de s’adapter à sa nouvelle alimentation. Il est aussi impératif d’identifier le chat avec une puce électronique ou un tatouage. Quant à l’âge maximal, il est de plus de 8 ans. Au-delà, les assureurs estiment que le chat est trop vieux et qu’il présente des risques élevés. Bien sûr, il est possible de trouver des contrats qui couvrent des animaux âgés, mais les surprimes sont inévitables.

Et pour s’assurer que votre petit compagnon à quatre pattes se porte bien, il se peut que l’assureur exige un bilan de santé ou un certificat de vétérinaire. Tous les vaccins quant à eux doivent être bien à jour.

Les avantages de l’assurance chat

En assurant votre animal de compagnie, vous ne le faites pas seulement pour lui, mais aussi pour vous-même.

Cet acte de prévoyance est pour vous un gage de tranquillité. Étant donné que l’assurance répond aux imprévus et soins préventifs, vous êtes en mesure de gérer votre budget vétérinaire dans les meilleures conditions. Mieux, c’est un soutien financier indispensable pour vous alléger des dépenses supplémentaires engendrées par votre chat. Vous faites des économies importantes qui pourront vous servir à bien d’autres choses.

Au-delà des facteurs purement pécuniaires, les assurances pour chat jouent un rôle prépondérant dans le bien-être physique et psychologique de votre matou. Ce dernier vit aussi longtemps que possible. Cela prolonge la joie et le bonheur qu’il apporte à votre famille et vous évite de vous mettre dans une situation dramatique. Saviez-vous qu’en France, près de 250 000 animaux sont euthanasiés ? Pour ne pas en arriver à cette ultime décision, priorisez l’assurance. Comme le dit la célèbre expression : « mieux vaut prévenir que guérir ».