Assurance British Shorthair

Le parfait équilibre entre ses différents traits physiques est certainement à l’origine de cette prestance que l’on retrouve chez le British Shorthair. Ce matou porte bien l’élégance de ses origines anglaises, avec son corps athlétique développé sous des poils denses et courts. Associez à cela ses bajoues bien remplies, ses yeux ronds, étonnamment expressifs, son caractère très avenant avec les hommes comme les animaux et vous aurez affaire à une vraie peluche ronronnante. N’en oubliez pas pour autant que cette boule de poils est sujette à certaines maladies, pour lesquelles il faudra lui prévoir une bonne assurance, histoire de lui donner accès à des soins de qualité.

Comparateur Assurance British Shorthair
En moins de 3 minutes, découvrez les meilleures offres. Gratuit et sans engagement !

Dans l’intimité du British Shorthair

S’il présente quelques traits communs avec ses cousins à poil court européens ou persans, le British Shorthair est inratable avec ses allures de peluche, portées par une constitution semi-cobby. Tout, en ce chat d’origine britannique, inspire la tendresse. À commencer par l’expressivité de sa bouille tout en rondeur, montée sur un cou également comblé. Cette expressivité passe d’ailleurs par le rond parfait des yeux, dont on recense 17 nuances possibles, toujours avantageusement assorties à la robe. Vous pourrez en croiser avec des yeux cuivre, or, voire de couleur impaire, bien que le bleu reste la teinte la plus recherchée. Les petites oreilles pointues et la truffe sombre constituent une marque de fabrique chez ce chat, autrement remarquable, par la massivité de son corps : il a gardé cette robustesse de ses ancêtres de gouttière.

Les gènes issus d’autres lignées comme le Chartreux lui ont, par ailleurs, conféré la nonchalance des chats de race. Le plus britannique des shorthair affichera un goût avéré pour les grands espaces, une disposition une fois encore à mettre sur le sang de chasseur qui coule dans ses veines. Si vous disposez d’un jardin, vous verrez ce matou y passer le plus clair de son temps, à la recherche de proies éventuelles à rapporter à son cher maître. À l’endroit de celui-ci, le British Shorthair montre un attachement sans borne et demandera que cette attention lui soit accordée en retour. L’animal n’en fait pas moins montre d’indépendance, mais il lui faut reconnaître une belle disposition à cohabiter paisiblement avec les autres animaux. Tout ce qu’il exige, c’est que son espace à lui soit respecté puisque lui, n’ira jamais envahir celui des autres. Très paisible, cet animal fait le bonheur des familles avec enfants en bas âge.

Les problèmes de santé du British Shorthair

La constitution robuste du British Shorthair ne l’épargne pas entièrement des ennuis de santé, plus ou moins graves, plus ou moins courants. Le seul fait qu’il aime gambader dans les espaces extérieurs l’expose à des incidents comme la piqûre de tiques. Attention, ceux-ci constituent une porte d’entrée à la maladie de Lyme qui – si elle reste rare chez les félins – est toujours à craindre, étant donné la gravité des symptômes engendrés. Ils requièrent souvent des analyses sanguines pour être détectés assez en avance. Sinon, l’animal ne développera de vrais signes que dans les 2 ou 3 mois suivant le contact avec l’agent responsable.

La raideur, l’inflammation et la douleur des articulations surviennent après une période d’abattement et de manque d’appétit doublé d’une forte fièvre. Ce tableau peut rapidement dégénérer lorsque les organes comme les reins ou le cœur sont touchés. La robe singulière du British Shorthair peut être le terrain de développement de maladies comme la teigne ou la gale. Méfiez-vous si votre animal manifeste des pelades ou se gratte sans arrêt. La constitution naturelle de cet animal lui donne généralement un bel appétit, mais l’expose, en même temps, à l’embonpoint. Portez donc une attention particulière à son régime alimentaire, d’autant si vous l’entretenez en appartement, au risque de l’exposer à terme au diabète. Les reins polykystiques et la cardiomyopathie hypertrophique – toujours possibles chez les chats de race – sont également à craindre chez celui-ci.

Pourquoi choisir une assurance santé pour son British Shorthair

Le British Shorthair ne vous causera généralement que très peu de soucis de santé. Lui souscrire une bonne assurance santé n’en constitue pas moins un geste de bon sens. En effet, chez cet animal, tout passera surtout par les soins préventifs – des actes vétérinaires qui ont eux-mêmes leurs prix. Les tests de détection de la polykystose rénale, que vous pouvez demander à votre vétérinaire à toute étape de la vie de votre British Shorthair coûte, par exemple, dans les 50 euros l’unité, tandis que la sérologie pour la maladie de Lyme est facturée autour de 35 euros. Tout en sachant que les ordonnances d’analyse sanguine peuvent facilement atteindre la centaine d’euros. Certains actes comme la stérilisation peuvent s’imposer – que ce soit chez le mâle ou la femelle – pour atténuer les signes d’entrée en activité sexuelle, ou prévenir des maladies gynécologiques.

La stérilisation vous revient entre 100 et 150 euros selon le sexe de l’animal. Pour éviter les complications liées aux infections et autres parasitoses mal résorbées, il vous faut vacciner votre compagnon contre les principaux agents suspectés dans le développement de ces affections. En comptant entre 50 et 80 euros par injection, vous réaliserez que les factures vétérinaires peuvent tout à fait rapidement grimper. D’autant plus si vous êtes face à l’obligation de consulter en urgence, a fortiori dans des régions spécifiques comme la Côte d’Azur ou l’Ile de France. L’assurance constitue la solution compensatoire la plus raisonnable que vous puissiez envisager pour faire face à toutes ces charges.