Assurance Angora Turc

Dans le palmarès des chats les plus élégants, l’Angora turc n’aura aucun mal à rafler la mise. Facile à vivre et réellement attendrissant avec sa robe tout en poils doux, longs, cet animal était un compagnon apprécié parmi les personnages raffinés de la cour de France. Aujourd’hui encore, l’on s’arrache les faveurs de cette boule de poils qui mélange les origines turques, bien entendu, mais également iraniennes et syriennes. S’il ne connaît pas de prédispositions particulières aux maladies, l’Angora turc n’en mérite pas moins une bonne assurance santé pour prendre en charge ses soins classiques.

Comparateur Assurance Angora Turc
En moins de 3 minutes, découvrez les meilleures offres. Gratuit et sans engagement !

À la découverte de l’Angora turc

Le lustre de ses poils mi-longs à longs constitue le premier détail qui tranche chez l’Angora turc. Les animaux actuellement rencontrés dans les familles d’adoptants apparaissent légèrement plus grands et plus fins que le spécimen de référence. Abrité au zoo d’Ankara, en Turquie, celui-ci présente les traits originels de ce chat qui, il faut le signaler, est de race pure. Ce félin dégage, en même temps, une forme de grâce dans la légèreté qui se dégage de ses mouvements. Notez que sa corpulence peut induire en erreur : il ne dépasse pas les 5 kg sous son imposante fourrure, qui se termine par une longue queue bien poilue, en panache.

Dépourvu de sous-poils, l’Angora turc n’occasionnera à son maître aucun souci de toilettage puisque les nœuds n’ont pas droit de cité. La robe se décline dans une grande variété de teintes, avec des versions mythiques comme le Brown Blotched Tabby, le Black Torbi&White, le Bleu smoke ou le Blanc aux yeux d’or. Parlant des yeux, quelques rares spécimens les portent vairons, un détail qui renforce le regard intelligent et vif. Ces traits font écho dans le comportement général de l’animal, également réputé pour sa douceur, son calme et sa jovialité. De disposition avenante, ce félin ne verra aucun inconvénient à ce qu’un autre animal fasse partie de la famille et la présence d’enfants ne peut que combler son insatiable besoin de jouer. À force, certains maîtres peuvent le trouver légèrement pot de colle, mais ses tours de malices restent attendrissants.

L’Angora Turc, une santé à faire verdir les autres races

Les propriétaires d’Angora turc le savent : il ne faut pas juger de ses allures un peu affectées pour penser que cet animal est fragile. Il figure même parmi les races qui peuvent se targuer d’avoir une constitution solide. Le fait que l’on a ici affaire à une sélection naturelle – sans aucune intervention de l’homme – y est certainement pour quelque chose. Il est connu que les manipulations génétiques inhérentes aux croisements créent une fragilisation des races à certaines pathologies lourdes. L’Angora turc, pour sa part, ne devra être protégé que contre des affections courantes, faciles à prendre en charge. Son bon état de santé passe surtout par des actes banals de prévention.

Une assurance santé est-elle nécessaire pour l’Angora Turc ?

Ne jugez pas de la bonne santé de votre Angora turc pour omettre de lui souscrire une assurance. Cette couverture est toujours utile pour couvrir tous ses frais vétérinaires courants. D’autant que ces derniers tendent plus à accuser des hausses qu’autre chose. La bonne nouvelle, étant donné l’état général plutôt satisfaisant de cette race, c’est que vous pourrez faire des économies sur son assurance en choisissant des formules de base. Le taux de remboursement des frais divers peut ne pas dépasser les 60 %, mais comme vous n’aurez pas à composer avec des actes vraiment spécifiques, la couverture est déjà intéressante.

Néanmoins, les maîtres les plus prévenants n’hésiteront pas à étendre les garanties, à travers des formules plus élaborées, autorisant des prises en charge supérieures, de 80 % voire 100 %. Continuez d’envisager des éventualités comme les accidents, ou encore votre incapacité temporaire à prendre soin de votre compagnon. Considérez que les niveaux de couverture les plus élevés incluent la prise en charge des frais médicaux et éventuellement chirurgicaux, ainsi que des frais de pension. Ces derniers s’appliquent lorsque le propriétaire est, par exemple, hospitalisé et que le chat doit être confié. Ceux qui ne peuvent se séparer de leur Angora turc même en vacances peuvent également bénéficier d’un plafond de prise en charge à l’étranger. Celui-ci, dont le montant est librement fixé, concerne les frais vétérinaires.