Assurance Ragdoll

Une masse de douceur sur pattes qui ronronne. Voilà ce qui pourrait résumer le Ragdoll en quelques mots. Très calme et extrêmement avenante, cette race de chat venant de chez l’Oncle Sam a tout pour attendrir. Profitez longtemps de sa douce présence dans votre foyer, en lui trouvant une bonne assurance, apte à couvrir ses principaux problèmes de santé. Voici d’ailleurs un aperçu de ces maladies, affectant volontiers le Ragdoll, dont il faut connaître les signes pour pouvoir rapidement prendre des mesures.

Comparateur Assurance Ragdoll
En moins de 3 minutes, découvrez les meilleures offres. Gratuit et sans engagement !

Le Ragdoll : bonne constitution et quelques points de fragilité

Sous son pelage doux et sa bouille de peluche, le Ragdoll cache une assez bonne constitution. Il partage, toutefois, avec les chats de race une grande disposition à certaines maladies spécifiques. Parmi les plus courantes, l’on évoque la cardiomyopathie hypertrophique féline, ou CMH. Comme le sous-entend l’appellation de la pathologie, celle-ci inclut dans son tableau un développement exagéré du muscle du cœur. Ce dernier s’explique par un épaississement anormal de ses parois, un phénomène pouvant être mis sur le compte de différentes causes et donnant lieu à un ensemble de symptômes. D’apparition brutale et souvent tardive, les signes de la maladie incluent une décompensation soudaine qui va mettre en place un tableau d’insuffisance cardiaque : troubles respiratoires, galop cardiaque, syncope, fatigue, d’abord causée par l’effort puis s’installant progressivement même au repos, etc.

L’animal, de plus en plus abattu, perd l’appétit et ne joue plus. L’état des connaissances actuelles met la CMH sur le compte de causes aussi diverses que le diabète, l’hypertension artérielle, ou encore des parasitoses et des infections mal stabilisées. La polykystose rénale constitue une autre bête noire médicale pour le Ragdoll, s’il a le malheur de la contracter. La dégradation du tissu rénal est l’étape ultime dans cette maladie où l’organe devient le terrain de développement de nombreux kystes. L’issue de cette pathologie étant alors fatale, un dépistage précoce est essentiel pour adapter le régime alimentaire de l’animal et repousser le plus possible l’installation d’une insuffisance rénale. Cette race n’est pas non plus à l’abri des calculs vésicaux qui, s’ils atteignent un certain volume, peuvent entraîner l’obstruction des voies urinaires de l’animal. Un chat plaintif au moment d’uriner, ou qui produit de l’urine sanguinolente doit attirer l’attention du maître.

Une assurance santé pour le Ragdoll, pour quoi faire ?

Outre les affections plus courantes, comme les parasitoses, les maladies à craindre chez le Ragdoll présentent toutes des exigences diagnostiques et thérapeutiques assez spécifiques. Une assurance santé efficace dispensera le maître d’un tel chat de faire face à des dépenses lourdes, au moment où il ne s’y attend pas. Grâce aux mensualités versées, la police d’assurance garantit que l’animal est correctement traité pour ses symptômes du moment. Tous les examens nécessaires pour établir un diagnostic précis – garant d’un traitement adapté – seront rapidement effectués et pris en charge par l’assurance, selon le niveau de couverture de celle-ci.

Des formules confort autorisant des prises en charge de 80 à 100 % des frais vétérinaires sont disponibles chez les prestataires, que le propriétaire gagne à choisir via un comparateur. Ce faisant, prêtez attention au plafond des prises en charge autorisées par an, pour ne pas être pris au dépourvu. L’assurance n’est pas seulement utile lorsque l’animal traverse des épisodes de mauvaise santé. Chez le Ragdoll, a fortiori, la prévention permet souvent d’éviter l’apparition trop précoce, ou les trop grands ravages, d’une pathologie grave. Vaccination, vermifugation et autres stérilisations constituent elles-mêmes des coûts couverts par l’assurance.

Zoom sur un chat qui a du caractère : Le Ragdoll !

Le Ragdoll mérite ce qu’il y a de mieux pour le préserver des ennuis de santé. Les heureux propriétaires de cette boule de poils singulière s’en rendront très vite compte. Il ne s’agit pas seulement de protéger un investissement qui aura, tout de même, valu jusque dans les 1 800 à 2 500 euros selon le sexe. C’est qu’en matière de chat, le Ragdoll constitue une race à part, du haut de ses 35 cm tout en poils soyeux, mi-longs. Que sa robe soit colourpoint ou bicolore, l’animal présente toujours la singularité d’avoir les yeux bleus. Ce trait distinctif figure parmi les arguments qui font pencher la balance du choix vers ce chat qui est, sinon, assez apparenté aux Birmans, aux siamois et aux Persans. Certains membres de la race présentent également des marques caractéristiques sur le visage.

Les poils mi-longs extrêmement soyeux du Ragdoll recouvrent un corps monté sur une ossature dense. La queue en panache, les bouts de pattes arrondies qui terminent des jambes courtes et les petites oreilles triangulaires surmontant une face large constituent les autres traits à chercher sur un vrai chat de la lignée. Au quotidien, la famille d’adoption de cette boule de poils découvrira un compagnon très paisible, faisant preuve d’un calme littéralement olympien, en toutes circonstances. Très protecteur et doux, le Ragdoll présente un grand attachement à ses maîtres qu’il aura plaisir à suivre partout où ils se déplacent. Cet aspect de son caractère en fait un animal qui sollicite beaucoup d’attention et de présence. Tenez-en compte, au moment d’en adopter un.