Assurance Persan

Il figure parmi les races les plus typées, appréciées pour leur pelage et leur caractère. Lui, c’est le Persan, un chat qu’on adulait déjà du temps des Égyptiens. Sous sa robe colourpoint, tachetée, marbrée ou unie, ce félin à poils soyeux très longs se révèle d’une douceur incroyable. Raison pour laquelle les seniors et les ménages comptant des petits enfants y voient le compagnon idéal. Vous avez la chance d’en avoir un ? Découvrez les points de prudence à observer concernant sa santé et ayez à cœur de lui choisir une bonne assurance.

Comparateur Assurance Chat Persan
En moins de 3 minutes, découvrez les meilleures offres. Gratuit et sans engagement !

Le Chat Persan, une douceur de chat

Son calme, littéralement olympique, caractérise en priorité le tempérament du chat Persan. Il en faut beaucoup pour faire sortir de ses gonds ce descendant de l’Angora turc. Facile à vivre et très discret, ce félin ne vous tiendra pas rigueur d’être laissé à son compte pendant quelque temps. Il s’accommode aisément de sa petite personne, du moment que vous lui prévoyiez un coin sieste où il est assuré de ne pas être dérangé. Les câlins et les interminables instants à ronronner dans les bras de son maître ? Très peu pour cet animal foncièrement indépendant.

Ne préjugez pas de sa grande autonomie pour conclure qu’il est de mauvaise compagnie. Et ne prenez surtout pas la mimique spécifique due à son faciès pour de l’éternelle mauvaise humeur : plus gentil que le Persan, vous n’en rencontrerez que rarement. Sachez juste que cet animal tient à ses petites routines et abhorre la turbulence. Vous ne l’entendrez cependant pas pousser force miaulements pour manifester ses humeurs. Chez lui, tout passe par le regard : apprenez donc à le décoder.

L’importance d’une assurance pour le Chat Persan

Pour une espérance de vie estimée entre 15 et 18 ans, le Persan promet une belle compagnie à ses maîtres. Pour profiter de sa discrète présence le plus longtemps, il faudra toutefois prioriser sa santé. Un nourrissage dans les règles de l’art vous permettra de le prémunir de la plupart des ennuis de santé auxquels il peut être exposé. Prévoyez, par ailleurs, une assurance chat qui tienne compte des spécificités morphologiques de votre Persan. Les problèmes respiratoires et les infections ORL seront monnaie courante avec cet animal au nez écrasé. Certaines de ces affections auront naturellement tendance à se répéter lorsque votre boule de poils avancera en âge.

Il est simplement prudent de disposer d’un contrat d’assurance qui prenne en charge des frais qui peuvent vous coûter aussi cher que 650 euros, dans l’éventualité d’un acte chirurgical. Notez que la facture chirurgicale peut valoir dans les 1 500 euros en cas de dysplasie de la hanche. Une consultation courante incluant des analyses et une prescription peut facilement vous revenir dans les 175 euros. N’oubliez pas que les soins préventifs de type déparasitage, vermifugation et vaccinations sont essentiels pour ce félin à peau fragile : le tout vous coûtant une centaine d’euros, à chaque fois. Les remboursements de votre assurance, d’un montant variable selon la formule que vous auriez choisie, vous permettront de débourser moins au moment des consultations.

Assurer le Persan, oui, mais contre quoi ?

Outre les affections pouvant classiquement toucher n’importe quelle race de chat, le Persan est plus à même de développer des maladies spécifiques, de par son profil génétique. C’est le cas de la polykystose rénale qui affecterait 38 % des animaux de cette race avec des signes se manifestant, parfois, très précocement dans la vie du chat. L’écrasement du nez du Persan le prédisposerait également plus volontiers à des maladies comme le polype nasopharyngé. Cette pathologie de la sphère ORL donne lieu à des obstructions des voies respiratoires. L’animal ne présentera pas seulement des problèmes de passage d’air, il aura également de grandes difficultés pour se nourrir.

Le Persan est également sujet à des maladies désignées comme les CMH. Les mâles développeront plus volontiers ces cardiomyopathies hypertrophiques dans leur âge moyen ou avancé. La peau de l’animal est, enfin, le siège potentiel de nombreuses affections. Des nodules ulcérés peuvent s’installer à la suite de la teigne qui touche fréquemment le Persan. Les gènes du félin peuvent également lui faire développer une séborrhée primaire avec alopécie et peau grasse malodorante, ou encore une dermatite faciale idiopathique. Cette deuxième maladie se manifeste surtout dans les plis de la face et autour des yeux, sous forme de prurit et d’érythème.