Assurance Européen

Certains tendent à le confondre avec un simple chat de gouttière, il n’en est rien. L’European shorthair, que l’on appelle plus simplement l’Européen possède ses propres standards de race, officiellement reconnus dans le référentiel des origines félines. Sa docilité et sa grande tendresse envers ses maîtres constituent les principaux arguments plaidant en sa faveur, auprès des familles recherchant un animal avenant. Les propriétaires n’auront que très peu de souci à se faire concernant la santé d’un tel compagnon. Une assurance santé reste, néanmoins, souhaitable pour faire face aux soins courants du vétérinaire.

Comparateur Assurance Européen
En moins de 3 minutes, découvrez les meilleures offres. Gratuit et sans engagement !

L’Européen, une race à part entière

Il fut un temps où l’on parlait indifféremment de chat de gouttière et d’Européen. Sauf que depuis, ce dernier a intégré le très sérieux LOOF et s’est fait reconnaître par la Fédération internationale féline. L’European shorthair est donc précédé d’un pedigree, voilà toute la différence. Car autrement, les caractéristiques physiques de celui que l’on appelle encore le Celtic shorthair se retrouvent chez la plupart des chats communément rencontrés sur le continent éponyme. L’on a affaire à un félin à poil court, denses et d’un certain lustre, dont la couleur de la robe fait l’objet d’une grande variété. D’ailleurs, sur cet élément, il n’existe pas de standard. Les teintes les plus communes incluent le crème, le chocolat, le roux, le blanc et le noir. L’on recense également de nombreux patrons à l’instar du smoke et silver, du marbré, du tigré, ou encore de l’écaille-de-tortue.

La robe recouvre un corps à l’ossature forte et aux muscles bien développés. La robustesse qui se dégage de la posture générale de l’Européen n’enlève rien à la souplesse naturelle du félin. Pour ce qui est de fréquenter l’animal au quotidien, attendez-vous à une cohabitation des plus enrichissantes. L’European shorthair est facile à vivre, combinant l’affection à la vivacité et l’intelligence. S’il préfère volontiers gambader dans un jardin à la recherche de petites proies, pour jouer, une vie en appartement ne lui posera pas de problème. Veillez toutefois à lui fournir des jeux pour le stimuler et l’aider à exprimer sa joie de vivre. Vous avez déjà un autre matou dans la famille ? Réfléchissez-y à deux fois avant d’adopter un Européen. Très jaloux de son territoire, il aura le plus grand mal à le partager avec un congénère alors que la compagnie d’un chien ne l’inconfortera pas.

L’Européen, une santé solide

La vraie bonne nouvelle concernant l’Européen est que sa constitution solide l’épargne des grands soucis de santé. Avec ce chat, le maître peut se tranquilliser, n’ayant à considérer que les petites infections courantes. Si celles-ci se déclarent, il faudra néanmoins y accorder la plus grande attention pour éviter qu’elles ne se compliquent et donnent lieu à des signes cliniques plus difficiles à prendre en charge. Il s’agit notamment du coryza, du typhus et de la leucose. D’origine virale, cette dernière crée chez l’animal un tableau d’immunodéficience après une longue période asymptomatique. Toutes sortes d’infections opportunistes peuvent alors l’attaquer, pompant toute son énergie et le laissant avec une anémie sévère. Le typhus et le coryza font justement partie de ces maladies qui deviennent agressives alors qu’elles sont normalement bénignes. D’autres pathologies affectant la sphère ORL, l’appareil urinaire et surtout respiratoire peuvent également se déclarer. Tout cela peut être facilement contenu par une tenue à jour de la vaccination de votre compagnon contre ces différentes infections.

Une assurance santé pour faire face aux coûts des soins courants de son Européen

N’importe quel propriétaire pourrait se dire qu’en l’absence de véritables risques de santé, il n’y a pas d’intérêt à assurer l’animal. La souscription d’une couverture pour votre Européen se révèlera pourtant utile tout au long de l’année. Cette protection peut effectivement être mise à profit pour des actes courants de prévention incluant la vaccination, la lutte contre les vers, l’identification d’une maladie par des analyses sanguines, etc. Considérez, d’autre part, que votre compagnon n’est pas à l’abri d’un pépin survenant de façon accidentelle. Il faut savoir que si vous deviez consulter en urgence, les tarifs appliqués par les vétérinaires peuvent être majorés jusqu’à hauteur de 20 %. Disposer d’une assurance vous assure de pouvoir supporter le coût de n’importe quel acte et de dispenser les soins nécessaires à votre animal. Veillez toutefois à bien évaluer les garanties prises en charge dans la formule que vous choisissez et à prendre connaissance des conditions particulières, comme le montant des franchises ou encore les éventuels délais de carence qui s’appliquent.